pixel

Autour de la retraite : ça bouge au niveau de la vie privée

2 Déc, 2020

La période du passage à la retraite est une période de bouleversement des habitudes. Cela entraine des changements dans les sphères de vie publique comme de vie privée. Chaque individu a sa propre histoire et de chacune de ces histoires découlent des expériences de vie différentes. Nous faisons le point dans cet article sur la partie privée de la vie au moment du passage à la retraite. L’objectif est de souligner les transformations liées à ce moment pivot de la vie. Sans pour autant vous présenter l’ensemble des situations possibles, vous allez pouvoir vous identifier dans l’une ou l’autre de ces situations. Cela vous aidera à faire le point sur ce qui compose votre quotidien actuellement pour vous projeter à l’avenir dans votre quotidien à la retraite.

Les relations familiales

La famille est généralement la première brique des relations et interactions sociales au niveau d’une société. Cette brique fondamentale est au cœur des transformations du quotidien inhérentes au passage à la retraite. En effet, le temps passé dans une activité professionnelle se libère au profit d’un temps disponible aux yeux de votre entourage familial. Les âges du passage à la retraite correspondent à une période de la vie où l’individu contribue souvent à des niveaux différents à l’accompagnement de ses petits-enfants et de ses parents âgés. Parfois il a encore lui-même des enfants à charge. On parle dans la littérature de « génération sandwich » pour désigner cette génération dont l’organisation des relations familiales au quotidien dépend des générations qui la précèdent et des générations qui la suivent.

Vous pouvez, tout en travaillant, être déjà très engagé dans votre cercle familial. Le passage à la retraite résonne auprès de votre entourage comme une opportunité de demander votre aide encore davantage. Ces sollicitations sont naturelles et il est important d’en prendre conscience pour imaginer la part de votre quotidien que vous souhaitez consacrer à votre famille à la retraite.

La garde des petits-enfants est une charge familiale qui peut prendre du temps selon les individus. Une étude de la DRESS datant de 2013 indiquait que 21,3% des enfants de moins de 6 ans étaient gardés au moins une fois dans la semaine par leurs grands-parents, et que 6,8% étaient gardés au moins une fois dans le weekend. Ces gardes sont surtout organisées à des moments ponctuels lors des vacances scolaires par exemple et les sollicitations auprès des grands-parents sont d’autant plus importantes s’ils habitent à proximité. Au global, c’est près de deux-tiers des enfants de moins de 6 ans qui sont gardés occasionnellement par les grands-parents (Kitzmann M., 2018).

Si votre activité professionnelle peut être un frein à la garde des petits-enfants, cela n’est plus le cas lors de votre retraite. C’est l’occasion choisie par certains pour passer davantage de temps à s’occuper de leurs petits-enfants et pour d’autres de garder du recul et de préserver du temps pour eux. Il est donc important de poser les bases du rôle que vous souhaitez jouer auprès de vos petits-enfants et enfants pour que cela puisse correspondre aux autres engagements et temps pour soi que vous souhaitez avoir lors de votre retraite.

Pour certains, l’engagement familial consiste aussi à accompagner un proche dépendant dans sa vie de tous les jours. Que ce soit dans l’accompagnement d’un parent âgé, d’un enfant atteint d’un handicap ou d’un conjoint malade, le rôle d’aidant concerne environ 3,4 millions de Français entre 50 et 64 ans (Fondation April, 2020). Le passage à la retraite n’influe pas directement sur l’engagement des aidants mais permet une certaine réorganisation des temps d’accompagnement. Le rôle d’aidant peut être très chronophage et a un impact sur les relations sociales et familiales. Il faudra alors être vigilant pour préserver des temps pour soi.

Vie sociale : les amis et la retraite

Les changements dans votre quotidien au moment du passage à la retraite vont modifier vos relations sociales. La fin de l’activité professionnelle, l’engagement dans de nouvelles causes, l’arrêt de la participation dans une activité au profit d’une autre, ces éventuels réaménagements du quotidien vont vous faire rencontrer de nouvelles personnes mais aussi potentiellement en perdre certaines de vue. Les relations amicales ou de courtoisie ont un réel effet positif sur le vécu du passage à la retraite comme autant de potentiels soutiens en cas de difficulté. Le partage de son expérience personnelle durant la période de transition à la retraite est un formidable moyen d’avancer dans son parcours personnel mais aussi de faire avancer des amis qui seraient dans cette même situation de transition. Ces relations peuvent être mises à mal du fait de certains paramètres, il est donc nécessaire d’en prendre conscience afin d’éviter toute surprise.

Le moment du départ à la retraite peut être une source de décalage entre vous et vos amis proches. En effet, si vous ne partez pas en même temps que vos amis (cas courant), votre quotidien ne s’organisera pas de la même manière. Vous allez devoir créer de nouvelles relations extérieures pour partager des moments de loisirs ou d’échanges lors de vos temps disponibles. Ça a été le cas pour l’un des retraités que nous avons interrogé, Pierre, ancien employé SNCF parti à la retraite à 55 ans, qui a éprouvé des difficultés à reconstruire un réseau du fait de ce décalage qui s’est créé avec son réseau amical de personnes encore actives. Si dans ses relations au quotidien il a ressenti des difficultés, il a, d’un autre côté, eu beaucoup plus de disponibilité pour rendre des visites plus longues à ses amis de toujours. Ainsi, ce choix du moment du départ à la retraite peut avoir un impact sur les relations au quotidien.

Certains liens amicaux peuvent être mis plus à l’épreuve que d’autres, c’est le cas notamment des liens amicaux au travail. Si pour certains le passage à la retraite n’a pas d’impact sur ces relations, ce n’est pas le cas pour tout le monde. Dominique, ancienne éducatrice spécialisée partie à la retraite à 61 ans, nous confiait lors d’un entretien avoir eu beaucoup de mal face à cette transition. Elle avait des liens d’amitié très forts avec ses collègues que ce soit au travail ou à l’extérieur. Son départ du travail a créé une distance entre elle et ses collègues qui s’est accentuée jour après jour. Elle ne côtoyait plus tous les jours des gens qu’elle aimait beaucoup. Le manque de relation sociale au quotidien a eu un effet négatif sur son moral et elle a mis du temps à remonter la pente. Ce genre de cas peut également se retrouver dans le cadre d’un déménagement post-retraite où il faut reconstruire ses liens sociaux dans la nouvelle région choisie.

Seul ou en couple : les expériences de passage à la retraite

Célibat ou veuvage :

L’expérience du passage à la retraite lorsque l’on est seul peut demander un effort plus important que lorsque l’on vit accompagné. Ce moment pivot où le quotidien est bouleversé demande un travail personnel important. Sans conjoint dans le foyer, c’est un soutien moral en moins dans la vie de tous les jours. La communication et le partage d’expérience étant cruciales dans cette période, il faut, pour les personnes veuves ou célibataires, se prémunir de cela en prenant soin d’entretenir le réseau social à la retraite.

C’est le cas de Valérie, anciennement cadre dans une grande entreprise, qui a pris sa retraite à 59 ans. Lors d’un entretien, elle a partagé son expérience de passage à la retraite en tant que mère célibataire. D’un naturel assez indépendant, elle n’a pas souhaité s’engager trop rapidement dans de nombreuses activités mais a préféré profiter de son temps libre pour passer du temps avec ses amis et ses proches. Sachant qu’elle avait du soutien autour d’elle, elle s’est laissé le temps de trouver les engagements qui lui plaisaient réellement.

Le couple :

La transition à la retraite peut être vécue de différente manière par le couple. Cela peut être un formidable moyen de se retrouver afin de partager davantage de moments et d’activités mais cela peut aussi être un moment difficile où il va falloir réapprendre à vivre au quotidien à deux. Les années autour de la retraite correspondent à des moments de questionnement au sein du couple comme lors du départ du dernier enfant de la maison. La routine au sein du foyer est remise en cause et il faut donc s’adapter pour en créer une nouvelle. Le travail jouant un rôle de régulateur au sein du couple dans la gestion de l’emploi du temps de chacun, son absence peut se faire ressentir et provoquer des tensions.

Ainsi, il est bon de définir des activités à partager à deux et des activités à effectuer seul pour garder une certaine indépendance dans la vie de tous les jours. Ces modifications pour le couple peuvent durer sur le long terme, les dates de départ à la retraite n’étant pas toujours synchronisées dans le couple. Au-delà des problématiques liées au couple et à son fonctionnement, le conjoint reste un réel soutien dans les difficultés pouvant apparaître au moment du passage à la retraite. La communication au sein du couple va être cruciale pour vivre ces changements de la meilleure manière qui soit.

Le passage à la retraite est généralement une période de réinvestissement dans la sphère privée. Le temps libéré des obligations professionnelles va être réinvesti en partie dans du temps pour soi et pour ses proches. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir des parents se rapprocher de leurs enfants au moment de la retraite. Entre l’engagement familial auprès des petits-enfants, l’engagement en tant qu’aidant, les relations amicales et les relations  dans le couple, c’est en fait votre réseau social que vous entretenez. La transition à la retraite peut entrainer des décalages dans le fonctionnement de votre quotidien avec vos proches pouvant amener à une situation d’isolement social dans une période ou l’échange et la communication sont indispensables. Il est donc important de faire le point sur vos relations dans la sphère privée pour mesurer l’impact que pourra avoir le passage à la retraite sur ces dernières. Il est également bon de s’interroger sur l’équilibre que vous souhaitez avoir entre les différentes sphères privées avec des engagements qui peuvent être chronophages (garde des petits-enfants, aidant d’un proche) au détriment d’autres temps.

Références bibliographiques :

DREES, enquête Modes de garde et d’accueil des jeunes enfants, 2013.

Fondation April, 2020, Baromètre des aidants 6
ème Vague, Juillet 2020.

Kitzmann M. (Ined), 2018, « Les grands-parents : un mode de garde régulier ou occasionnel pour deux tiers des jeunes enfants », Études et Résultats, n°1070, Drees, juin.

Auteurs :

Briac Reneaume

Briac Reneaume

Co-fondateur de Jubiliz

Isabelle Donnio

Isabelle Donnio

Psychologue

À lire également :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez-nous !