pixel

Devient-on vieux lorsque l’on part à la retraite ?

10 Mai, 2021

Ce questionnement ne vous a probablement pas échappé à l’approche de la retraite. En effet, c’est une étape de vie importante qui impacte directement le statut social et le quotidien. Il est donc légitime de se questionner sur la représentation que l’on se fait de cette étape ! En s’intéressant aux facteurs influençant les représentations du vieillissement au sein de la société mais aussi au sein même de l’entourage, on comprend mieux le regard que l’on peut avoir sur cette transition. Finalement, la réponse à cette question ne dépendrait-elle pas uniquement de la définition que vous vous faites du vieillissement ?

Les définitions du vieillissement

Pour dire simplement, le vieillissement est une avancée en âge. Cependant, si l’on s’y intéresse de plus près, l’âge lui, n’est pas mesurable sur une seule dimension. C’est ce que présente Jacqueline Trincaz, professeur de sociologie, en évoquant les différents référentiels de vieillissement suivants :

L’âge chronologique : correspond au nombre d’anniversaires (Trincaz J., 2015). Référentiel ultime de toutes catégorisations sociologiques, il est représentatif de votre « classe d’âge ». Le passage à la retraite n’a aucun lien de cause à effet avec ce référentiel.

L’âge social : reflète la transformation des statuts et des rôles (Trincaz J., 2015). C’est l’âge du point de vue de la société et de vos rôles sociaux : entrée dans la vie professionnelle, droit de vote, premier enfant, grand-parentalité, départ du dernier enfant, retraite… Le passage à la retraite impacte donc votre « âge social », il marque une nouvelle étape de vie suivant une logique également chronologique.

L’âge biologique : c’est le vieillissement du corps et de l’esprit (Trincaz J., 2015). Ce processus est continu depuis la naissance jusqu’à la mort de chaque être humain. Le passage à la retraite n’a donc intrinsèquement aucun impact sur l’âge biologique de l’individu.

L’âge subjectif : c’est l’âge que « vous vous donnez », la perception que vous avez de votre vieillissement. Un adolescent aura tendance à « se vieillir » tandis qu’un adulte aura majoritairement tendance à « se rajeunir ». Le passage à la retraite peut affecter la perception de votre âge subjectif puisqu’il touche à votre statut social et donc à votre identité.

Si le vieillissement est mesurable selon plusieurs critères, sa perception au moment du passage à la retraite dépend de l’écart ressenti entre :
  • L’image que l’on se fait de soi (âge subjectif)
  • L’image que s’en font les autres (âge social, âge chronologique)

Vieux retraité

Société : les représentations négatives de la retraite

Le regard que porte la société sur la retraite joue pour beaucoup dans le cheminement personnel en fin d’activité. En effet, cette période n’est pas souvent présentée sous des angles très élogieux (grand âge, dépendance…). Ainsi, il est parfois difficile de se projeter dans cette nouvelle vie et cette nouvelle « catégorie sociale ». Des facteurs sociétaux influent sur cette représentation négative de la retraite et nourrissent donc la crainte que peuvent connaître certains pour passer ce cap.

Le jeunisme

Dans nos sociétés occidentales, le culte de la jeunesse et de ce qu’elle induit a la part belle. Ainsi, le jeunisme est défini en ces termes (Larousse, 2021) : « tendance à exalter la jeunesse, ses valeurs, et à en faire un modèle obligé ». Le « vieux » vu par la société ne rassemble plus en lui tous les critères « standards » de santé, de beauté, de dynamisme, d’adaptabilité (Trincaz J., 2015) … Ces critères ont même balayé d’un revers de manche les notions positives d’expérience, de transmission, de sagesse, de partage actif de valeurs (Adam S. & al., 2013). La vision négative de la vieillesse ne peut-elle pas être un frein à l’acceptation du nouveau statut de retraité ?

Système des retraites

Avec le vieillissement de la population, le système des retraites Français est critiqué et doit être révisé régulièrement à l’aulne de la révolution de la longévité. Comment assurer le paiement des pensions des retraités alors même que la proportion d’actifs dans la population diminue par rapport celle des retraités qui augmente? Cette question est à l’origine de tensions entre les générations. Un sentiment d’injustice et de culpabilité peut naître chez certaines personnes au moment du passage à la retraite.

Généralisation

En sociologie, on va parler régulièrement des « 65 ans et plus » et définir leurs caractéristiques. Pathologies, dépendance, tous les sujets y passent pour caractériser cette classe d’âge dans son ensemble. Ce sont d’ailleurs les représentations négatives du vieillissement qui sont davantage mises en avant dans nos sociétés. Pourtant, la très grande majorité des personnes de plus de 65 ans (90%) vivent un vieillissement normal (sans dépendance) (Alvarez S., 2011).

D’autres paramètres peuvent influer sur les représentations négatives de la retraite au sein de la société comme la peur généralisée du grand âge par exemple. C’est un fait, le cap de la retraite est un passage dans une nouvelle catégorie sociale qui, au sens de la société, est un marqueur de vieillissement. Dans cet environnement, comment conjuguer joie/envies/attentes pour la retraite (liberté, repos, disponibilité, loisirs…) et crainte éventuelle du vieillissement issue de la vision partagée de la retraite ?

Retraite et vieillissement : vous en pensez quoi ?

Lorsque l’on parle du vieillissement, on n’aborde peut-être pas le sujet le plus sexy de la retraite, mais un vrai sujet pour de nombreux futurs retraités. En effet, une étude de 2001 montrait que les principales craintes de futurs retraités face à la retraite avaient trait au vieillissement : peur de la maladie, de la perte d’autonomie, de la perte des capacités physiques, de vieillir (Alaphilippe D. et al., 2001). Si ces craintes existent, le but n’est pas de les faire disparaître mais bien de les apprivoiser. Quelques pistes :

Regard sur la retraite

Isabelle Donnio, psychologue-consultante, dans une étude effectuée en 2016 auprès de futurs retraités et de retraités, proposait l’hypothèse que le regard que l’on porte sur la retraite est intimement lié avec le vécu du vieillissement (positif ou négatif). Poser clairement la vision que l’on se fait personnellement de la retraite en amont du passage à la retraite faciliterait la possibilité de devenir acteur ou davantage acteur de sa vie (Donnio I., 2016).

Par un travail de réflexion en amont du passage à la retraite, vous pouvez mettre des mots sur vos craintes liées au vieillissement. Ainsi vous pourrez réaliser vos envies et vous engager dans des activités qui font sens à la retraite, non plus pour masquer ces craintes, mais bien pour vivre à l’aise et en connaissance de ces craintes.

Vieux retraités heureux

Qu’est ce qui fait que l’on devient « vieux » ?

Durant toute la vie on évolue, que ce soit du point de vue du corps mais aussi de l’esprit. Biologiquement on vieillit, c’est naturel, on peut prendre soin de notre corps grâce à l’activité physique ou à une alimentation saine mais le corps nous contraint toujours à ses capacités. Concernant l’esprit, on grandit, on mûrit, on gagne en expérience. A la retraite les engagements et le lien social permettent de rester dynamique et d’entretenir ses capacités mentales… Finalement, tout au long de la vie il existe un parallèle entre l’âge du corps et de l’esprit et les deux évoluent conjointement. Mais qu’est ce qui fait que soudainement on se considère comme vieux ?

 « Quand le décalage entre le ressenti et l’apparence devient trop aigu, le doute s’installe. » (Trincaz J., 2015). On serait donc « vieux » au moment où l’écart entre l’âge que l’on se donne (âge subjectif) et nos capacités réelles (physiques et mentales) deviendrait trop important. Au moment du passage à la retraite, et suivant cette vision, le vieillissement est donc parfaitement subjectif puisqu’il dépend uniquement de la capacité à accepter un nouveau statut. Il en va de même au cours des étapes de la vie durant la retraite, où des statuts différents vont se succéder.

Si vous considérez le passage à la retraite comme un marqueur de vieillissement, souvent dépeint de manière négative dans la société, cela risque d’entacher la vision que vous vous faites de la retraite. Pourtant, chronologiquement et biologiquement, le jour du passage à la retraite n’est pas synonyme de vieillissement, en tout cas pas plus qu’hier par rapport à aujourd’hui. En revanche, c’est un jour symboliquement fort et une étape de vie qui marque l’existence et l’entrée dans une nouvelle catégorie sociale. L’anticipation et la réflexion en amont du passage à la retraite permettent de prendre du recul, et, par la définition des engagements et activités qui font sens pour vous, posent les bases de nouvelles réalisations à la retraite, facilitant ainsi l’acceptation du nouveau statut de retraité.

Références bibliographiques :

Trincaz J., 2015, « Personne âgée : quelles représentations sociales ? Hier et aujourd’hui », Expertise collective INSERM, Activité physique et prévention des chutes chez les personnes âgées, p 467-477.

Alaphilippe D., Gana K., Bailly N., 2001, « Le passage à la retraite : craintes et espoirs », Connexions, n°76, p 29-40.

Adam S., Joubert S., Missotten P., 2013, « L’âgisme et le jeunisme : conséquences trop méconnues par les cliniciens et chercheurs ! », Revue de Neuropsychologie, Volume 5 (1), p 4-8

Alvarez S., 2011, « Représentations sociales du vieillissement : changer de regard », La santé de l’Homme, n°411, p15-18

Donnio I., 2016, « Est-il possible de rompre avec les représentations négatives du vieillissement ? », Gérontologie et Société  vol 38 / n°150, p 43-55.

Auteurs :

Briac Reneaume

Briac Reneaume

Co-fondateur de Jubiliz

Isabelle Donnio

Isabelle Donnio

Psychologue

À lire également :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez-nous !